OUI A LA REFORME DES RETRAITES

Par Marc ROUSSET

Dans mon ouvrage « Comment sauver la France/Pour une Europe des nations avec la Russie » je défends et démontre l’idée jamais lue, jamais vue, jamais entendue, comme quoi la France, depuis 40 ans, gaspille chaque année, au minimum, le chiffre énorme de 200 milliards d’euros de dépenses publiques au minimum. La France doit prioritairement redresser ses finances publiques en intervenant prioritairement sur les trois premiers postes de dépenses suivants :

1) l’immigration (coût annuel de 84 milliards d’euros, selon Polémia)

2) la sur-administration inefficace en France avec le trop grand nombre ahurissant de 5,6 millions de fonctionnaires (2 millions de fonctionnaires en trop selon Agnès Verdier-Molinié, soit un coût de 84 milliards de plus par rapport à la moyenne de l’OCDE et 97 milliards de plus par rapport à l’Allemagne (3 millions seulement de fonctionnaires en Allemagne pour un pays de 83 millions d’habitants)

3) Les retraites, avec le retour de la retraite à 65 ans, supprimée stupidement et démagogiquement par Mitterrand en 1981, avec la fin des régimes spéciaux et des subventions pour la retraite des fonctionnaires, soit un gain d’environ 50 milliards d’euros

Viennent ensuite s’ajouter dans la démonstration de Comment sauver la France, plus d’une dizaine de postes d’autres dépenses publiques énumérées, explicitées et commentées : fraude sociale (44 milliards d’euros), subventions aux associations (42 miliards d’euros), aides aux médias bien-pensants (5,6 milliards d’euros), subventions aux syndicats (4 milliards d’euros), pseudo réchauffement climatique par l’homme (10 milliard d’euros)….

Je défends donc l’idée pragmatique et réaliste d’un chef d’entreprise que sur les 400 milliards de dépenses publiques excessives, il serait possible avec une volonté de fer d’en réduire la moitié, ce qui aboutirait à une économie pour la France de 200 milliards d’euros tous les ans, seule raison pour laquelle notre cher pays connaît actuellement un endettement monstrueux de 3000 milliards d’euros et va tout droit à l’ inéluctable et irréversible faillite !

Il ne faut bien évidemment pas compter sur le peu courageux technocrate Macron qui n’a rien d’un De Gaulle, Pinay ou Rueff, pour s’attaquer au travail herculéen des 400 milliards d’euros de dépenses publiques excessives, mais si, par simple opportunisme vis-à-vis de l’UE, de la BCE et des investisseurs étrangers qui financent en grande partie la dette publique française, il est obligé d’intervenir sur le seul dossier du régime français des retraites, c’est le devoir de tout patriote responsable de ne pas s’y opposer, nonobstant la démagogie du RN et de Marine Le Pen ainsi que de Mélenchon et de LFI Ces deux partis ne comprennent rien à l’économie, si ce n’est pour la démolir, tout en répétant inlassablement du matin jusqu’au soir « pouvoir d’achat » comme des perroquets irresponsables.

Le régime des retraites est structurellement en déficit d’environ 50 milliards d’euros par an alors que le rapport du Conseil d’Orientation des retraites (Cor) prétend qu’il était en excédent de 900 millions en 2021 et qu’il sera en excédent de 3 milliards d’euros pour 2022, tout reconnaissant qu’il sera ensuite durablement déficitaire dès 2023 pendant 20 ans !

Dans les chiffres cités de Comment sauver la France, il avait été ajouté aux déficits des régimes retraites CNAV et AGIRC-ARRCO, les subventions annuelles de l’Etat pour équilibrer les régimes spéciaux des entreprises publiques ainsi que les subventions de l’Etat pour les retraites des fonctionnaires.

Ces chiffres viennent d’être confortés par l’Institut économique Molinari : « les chiffres présentés par le Cor oublient une partie des déficits et que l’état des finances est pire qu’annoncé ». Le Cor dans ses chiffres pour 2021 et 2022 a tout simplement oublié 33 milliards d’euros car le taux des cotisations de l’Etat pour la retraite des fonctionnaires représente 85% du traitement brut, contre 28% dans le privé ! Le régime des retraites des fonctionnaires est donc provisoirement en équilibre grâce à des subventions de l’Etat ! Et à ces 33 milliards, si l’on en croit les chiffres du Medef, « il faut rajouter aussi 17 milliards d’euros de subventions directes de l’Etat pour financer les retraites des fonctionnaires et des régimes spéciaux » ! Autant dire, en résumé, qu’on est déjà dans la « mouise » et dans le déficit jusqu’aux oreilles pour les retraites, et ce d’une façon aggravée pendant les 20 années qui viennent !

La France hédoniste et décadente doit donc collectivement travailler davantage et ne pas écouter les sornettes démagogiques irresponsables du RN et de l’incapable Marine le Pen : « Il n’y a absolument aucune urgence à s’attaquer aux retraites, au moment où les Français sont confrontés à des difficultés majeures de pouvoir d’achat ». Marine le Pen promet également une « opposition totale » à la nécessaire réforme. C’est ainsi que le RN a déjà récolté les fruits de sa démagogie et du travail de fond d’Eric Zemmour pour obtenir 89 députés, contre 0 pour Reconquête qui a le courage de toujours parler un langage de vérité.
Impossible pour une fois de donner tort au ministre du travail Olivier Dussopt, même s’il fait partie de la clique à Macron, lorsqu’il déclare : « Donc je crois qu’un jour, il faudra prendre des décisions qui soient courageuses et collectives. Il faudra certainement travailler plus longtemps, je crois que c’est du bon sens et que ça, tout le monde le comprend ». Autre déclaration de sa part : « Il n’y a pas 36 solutions. Soit on augmente les impôts, les taxes, ce que personne ne souhaite, soit on laisse filer la dette, mais ce n’est plus possible, soit on travaille plus ».

Selon le programme de stabilité envoyé à la Commission européenne, les dépenses publiques françaises sont censées augmenter de 0,6 % entre 2022 et 2027. Or les dépenses de retraite qui représentent un quart des dépenses publiques et 13,8 % du PIB en 2021, progresseront sans réforme, au rythme de 1,8 % par an.

Eric Zemmour doit donc, comme LR, prendre publiquement position en faveur de la réforme des retraites. Il faut en finir avec les adeptes du « toujours plus » qui nous ruinent et font « crever » la France devenue aujourd’hui le 28ème pays au monde pour le revenu par habitant, produisant seulement 34 % de ce qu’elle consomme, exportant infiniment moins en valeur absolue que les Pays Bas, avec un niveau de vie par Français qui est très exactement la moitié d’un citoyen suisse responsable et travailleur ! Les démagogues pour des raisons électorales comme LFI et RN font de la France un pays d’assistés !

A l’heure où, ô surprise, même le communiste Fabien Roussel s’élève trop tardivement contre la « gauche des allocs » et le « droit à la paresse », tout patriote responsable ne peut qu’être malheureusement favorable à la réforme des retraites, à l’allongement de la durée des cotisations, nécessaire et beaucoup plus acceptable avec l’augmentation de la durée de vie.

Laisser un commentaire