UNE BIEN CURIEUSE LETTRE AU PAPE

par Dionysos ANDRONIS

  • A propos de la Lettre au Pape de Léon Degrelle, éditions Notre Combat, Lyon.

Yvan Benedetti est un admirateur fervent de Léon Degrelle (1906-1994) et il nous avait parlé immédiatement de lui lors de notre première rencontre. Sous la forme d’une brochure, cette Lettre au Pape a été écrite en mai 1979 pendant que Degrelle était exilé en tant que réfugié politique en Espagne. Le sujet de cette lettre pourrait vraiment être considéré comme très révisionniste puisque à travers les douze pages de cette édition, l’auteur belge Léon Degrelle se moque ouvertement du Pape Jean-Paul II au sujet de sa décision de célébrer les trente quatre ans de la fermeture du camp d’Auschwitz. « …allez-vous simplement prier? » (op.cit., page 2).

« On a répété cent mensonges avec une rage de plus en plus obstinée dans des livres. On les réédite en couleurs dans des films apocalyptiques qui flagellent outrageusement non seulement le vrai et le vraisemblable mais aussi le bon sens et l’arithmétique la plus élémentaire et les faits eux-mêmes » souligne l’auteur dès la page 2.

Degrelle a pris cette initiative en tant que fondateur du Rexisme belge quand il était politicien en Belgique, avant son exil en Espagne après la guerre. Il ajoute à l’attention du saint-père : »…Vous avez été interné à Auschwitz….Votre Sainteté ayant vécu sur les lieux (Jean-Paul II était un juif converti au christianisme – NdR) doit savoir mieux que tout autre que ces gazages massifs de milieux de personnes n’ont jamais eu lieu » (op.cit. , page 3). Degrelle devient encore plus ironique contre Jean-Paul II en disant « Vous-voilà Pape, un pape qui, de toute évidence, ne sent pas trop le gaz Zyklon B » (op.cit., page 3). « Vous, Très Saint Père, vous parviendrez à mettre 700 à 800 personnes dans votre chambre à coucher? » (op.cit., p.7).

Nous avons adoré ce passage où Degrelle devient occultiste et soutient les sorcières : « Et les trente mille soi-disant sorcières grillées pieusement à travers la chrétienté? » (op.cit., p.10).

Ensuite, Degrelle traite le pape de figurant (page 11). Son ironie profonde flirte avec la scatologie quand il dit: « six millions d’anus… dans le fond desquels il s’agissait de récupérer les diamants et les bijoux qui auraient pu y être escamotés ! » (op.cit., page 6).

« ..Votre Holocauste numéro 2 (sous-entendu celui inventé par la Pape) risque fort d’apparaitre aux yeux d’une chrétienté bernée par des manipulateurs sacrilèges, comme une confirmation quasi divine de toutes les élucubrations montées par des refoulés haineux et par des usuriers »  (op.cit., page 11).

C’était la première fois que Degrelle faisait allusion à la magie et à la sorcellerie dans ses écrits. La deuxième fois ce sera quand il publiera Le fascinant Hitler par le biais d’une maison intitulée « L’étoile mystérieuse » en 1991. Nous avons l’impression qu’il s’agissait d’une autoédition.

C’est vraiment dommage que cette Lettre du grand Degrelle n’est pas facile à trouver ! Elle est vendue au Cercle Franco-Hispanique parisien et parmi d’autres publications chez Chiré. (http://www.chire.fr/)