MACRON, PRESIDENT BRENEUX OU SALE GOSSE MAL EDUQUE ?

Par Bernard PLOUVIER

Oh quelle est belle notre Ripoublique où le chef de l’État, le Président élu et de nouveau candidat, promettait « d’emmerder » 14 millions de français, parce qu’ils refusaient un vaccin non dépourvu de risques multiples et surtout d’une totale inefficacité, statistiquement prouvée : actuellement, dans les services de réanimation respiratoire, 40 à 50% des sujets hospitalisés pour covidose grave sont des sujets vaccinés !  

Certes, nos ancêtres avaient entendu le sieur Léon Blum glapir de sa voix suraiguë : « Je vous hais » à la Chambre des députés. Mais depuis le début de la Ve République, l’on n’avait eu vent que d’un « Casse-toi, sale con », prononcé dans un Salon de l’Agriculture par le sieur Sarkozy, un Président de la Ripoublique condamné par un tribunal pénal pour malversation durant son mandat. Charles de Gaulle et François Mitterrand avaient leurs défauts ; du moins parlaient-ils dignement lorsqu’ils s’adressaient aux Français.

On comprend que, politiquement, le sieur Macron, qui ne peut plus se présenter comme « le Président de tous les Français », Macron l’homme qui ose dénoncer comme des « non-citoyens » des Français qui refusent un vaccin douteux, avait adorer le thème médical de la fin de son quinquennat.

Cela lui permettait de faire l’impasse sur l’insécurité publique, sur l’immigration-invasion, sur le chômage démentiel – qui flirte avec les 5 à 6 millions selon les mois, toutes catégories confondues de demandeurs d’emploi -, sur une Dette qu’il a laissé croître plus vite encore que ses prédécesseurs, sur la désindustrialisation du pays, sur l’effondrement des infrastructures de nos campagnes, sur une politique étrangère assez chaotique, enfin sur la fronde du menu peuple.  

Effectivement, le pauvret n’a guère démontré ses capacités supposées de « grand économiste ». Il a beaucoup voyagé de par le monde, s’est beaucoup affiché avec des gens bizarres, s’est beaucoup agité… au point que certains commentateurs ont évoqué la prise de cocaïne – vile calomnie cela va sans dire, sa Brigitte ne le permettrait pas ; du moins est-on en droit de l’espérer.

Emmanuel Macron ne peut certes pas évoquer son bilan, puisqu’il n’a rien fait d’autre que sur-endetter le pays et lancer un slogan : « Je sauve la France avec un vaccin »… inefficace !

La grossièreté n’est pas une « stratégie », mais une tactique, celle de l’arsouille provocateur, celle du gamin horriblement mal éduqué, celle du mégalomane qui se croit génial et n’est que ridicule.

Alors, ou bien il se reprend et présente des excuses aux Français pour son comportement grotesque, ou bien il dégage… et, franchement, quel honnête citoyen pourrait-il regretter un tel individu qui ajoute l’insulte à l’inefficacité ? 

Laisser un commentaire